votre publicité ici

Recevez toute l'information sur la réglementation thermique


Inscrivez-vous à la newsletter

Actualités



[Retour aux actualités]

L'Anah s'inquiète des besoins de rénovation des immeubles anciens



A quelques semaines de l'ouverture des négociations avec Action Logement, l'ex-1% logement, qui ne veut plus financer l'Anah, cette dernière alerte sur l'augmentation des charges concernant la rénovation des copropriétés vieillissantes.

L'Agence nationale de l'habitat (Anah), financée en partie par Action Logement (ex-1% logement*), fait preuve d'anticipation. Les discussions sur l'affectation des ressources d'Action Logement (ex-1% logement) devant commencer début juin, son président Dominique Braye, par ailleurs sénateur des Yvelines (UMP), a voulu insister, le 3 mai, sur les enjeux de l'action de l'Anah, notamment en matière de copropriété. « Il faut maintenir l'activité de l'Anah en raison de la montée de la précarité, notamment dans les copropriétés », a-t-il affirmé. Le gouvernement lui a en effet fixé l'an dernier deux nouvelles priorités: la lutte contre l'habitat indigne et la précarité énergétique ainsi qu'une réorientation de ses aides vers les propriétaires occupants.

Son action reste toutefois modeste au regard des besoins. L'an dernier, sur un total de 556 millions d'euros d'aides versées, l'Anah a attribué 92 millions à des syndicats de copropriété et des particuliers pour la rénovation de parties communes dégradées, afin de rénover 107 328 logements. Mais l'établissement public estime que 800 000 appartements, soit 15% des 5,7 millions de logements en copropriété, sont en mauvais état ou sans confort. Un sujet d'autant plus difficile que 17% des propriétaires occupants en copropriété sont modestes et 340 000 ménages vivent dans des copropriétés en difficulté financière.

Au surplus, la charge de rénovation des copropriétés ne va faire qu'augmenter au fur et à mesure du vieillissement des immeubles. L'Anah estime ainsi que 41 à 70 milliards d'euros devront être dépensés au cours de la prochaine décennie pour rénover les parties communes des copropriétés construites entre 1950 et 1984 (145 000 copropriétés), ce qui représente une charge moyenne de 12 000 à 20 270 euros par propriétaire occupant. Un chiffre qui peut monter de 25 000 à 38 000 si l'immeuble cumule les besoins de travaux. Ce à quoi il faudrait ajouter les 318 000 copropriétés construites avant 1948.

Laurence Francqueville


19/05/2011

etudes thermiques.fr portail d'informations sur la règlementation thermique, annuaire de référencement de bureaux d'études et de contrôles thermiques des bâtiments

Etudes-thermiques.fr

Accueil
Rappel de la loi
Etudes thermiques
Les labels
Les aides
Actualité

Entreprise du mois

Bureau de contrôle thermique
Bureau d'étude thermique
Nous contacter

Annuaire

Bureau de contrôle thermique
Bureau d'étude thermique
Vous inscrire

Contact

Votre publicité
Contact
Information légales
Newsletter
Conformément à la loi Informatique et Liberté n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, nous nous engageons à informer les personnes qui fournissent des données nominatives sur notre site de leurs droits, notamment de leur droit d'accès et de rectification sur ces données nominatives. Nous nous engageons à prendre toutes précautions afin de préserver la sécurité de ces informations et notamment empêcher qu'elles ne soient déformées, endommagées ou communiquées à des tiers.
© Secret'Service