votre publicité ici

Recevez toute l'information sur la réglementation thermique


Inscrivez-vous à la newsletter

Actualités



[Retour aux actualités]

Smart Grid : vers des réseaux énergétiques intelligents



La technologie Smart Grid gérant le réseau électrique nouvelle génération notamment les compteurs intelligents, deviendra l'outil incontournable de la gestion de l'énergie dans les années à venir. De quoi s'agit-il exactement ? Quels sont les enjeux et les mutations liés à ce nouveau système ?

Jamais facile de matérialiser ou d’exposer les mécaniques d’un procédé High Tech. Et pourtant le secteur de l’énergie connaît actuellement un véritable tournant. Avec l’émergence du développement durable, les usagers devront changer leur manière de consommer et les industriels vont devoir relever le défi de l’optimisation des différentes sources de production.

Dans ce contexte, le réseau électrique de nouvelle génération, Smart Grid, a de quoi séduire les acteurs du secteur. Pourquoi ? Tout d’abord, par l’essence même de cette technologie puisqu’elle consiste à doubler le réseau actuel d’une infrastructure de télécommunication afin de relier le producteur d’électricité au consommateur. Ce nouveau système assure un pilotage précis de la production et de la consommation d’énergies visant à réduire les pics de dépense.


quels sont les composants des Smart Grids ?

- Un compteur analogique communiquant (smart meter) chez l’utilisateur final qui remplacera le compteur traditionnel
- Un logiciel de suivi et de gestion de la consommation client
- Une infrastructure de communication reliant le consommateur au producteur, plus ou moins dense suivant le mode de communication utilisé (par satellite, courant porteur en ligne,
Wifi longue portée, radio fréquence, ...)
- Des serveurs informatiques et de logiciels de back-office permettant au producteur de stocker et d’analyser l’immense quantité d’information générée par le Smart Grid.

Source Alcimed

Les objectifs des Smart Grids

L’explosion des énergies 'vertes' et l'ouverture des marchés ont fortement impacté sur le secteur. Dorénavant, il faut compter sur les éoliennes, le photovoltaïque, la biomasse... mais aussi sur leurs particularités comme leur lieu d’implantation souvent éloigné des centres de consommation ou encore leur caractère intermittent et irrégulier lié au climat : "Ces énergies renouvelables devront être gérées intelligemment. Du fait de leur nature, elles vont nécessiter des couplages avec des sources d’appoint et des capacités de stockage", selon la société de conseil et d’aide à la décision spécialisée entres autres dans l’énergie, Alcimed.

- Pour les producteurs d’énergies, les Smart Grids permettront de connaître la consommation en temps réel des usagers. Ces données optimiseront l’allocation des sources de production : "Le Smart Grid avec les compteurs intelligents et autres logiciels domestiques de gestion de la consommation énergétique communiqueront avec les opérateurs de réseaux et seront capables de tirer parti des tarifications dynamiques et incitatives que ces derniers mettront en place", explique Alcimed.

- Pour le consommateur, les nouveaux réseaux délivreront des informations de manière à ajuster et réduire sa facture énergétique. "Pour la première fois, nous allons passer d’un système où la production d’électricité s’adaptait à la consommation à un système où la consommation va s’adapter à la production. On rentre clairement dans une logique d’économie d’énergie", précise Cécile Pairin, responsable de mission Energie chez Alcimed.

Suite de l'article en page suivante

Smart Grids : quelles perspectives ?

Alors que la France recense déjà quelque 205.000 compteurs intelligents, il est prévu selon une directive européenne, que les boîtiers intelligents soient installés chez au moins 80% des usagers d'ici à 2020 - un décret du 2 septembre 2010 rend "obligatoire leur mise en place en France et établit un calendrier", précise l'association CLCV - le Gouvernement parle lui de "décret 'organisationnel' qui ne décide pas à ce stade de la généralisation du remplacement des compteurs existants". Le déploiement doit être décidé à la fin de la phase d'expérimentation au premier semestre 2011. Le ministre de l'Energie, Eric Besson, doit installer en mai un comité de suivi qui "permettra de tirer les enseignements de cette première phase de déploiement avant la décision de généralisation ".

Sans conteste, le marché ne peut plus ignorer les Smart Grids. Une aubaine pour les start-up qui se sont spécialisées dans le secteur mais aussi pour les acteurs de l’informatique, des télécommunications ou encore les intégrateurs. Quant aux entreprises traditionnelles comme les équipementiers de l’énergie et les utilities, elles devront faire avec.

Dans les années à venir, l’intelligence des réseaux entraînera la relève automatique des compteurs communicants à distance, une facturation dynamique et en temps réel de la consommation du client ou encore la gestion préventive du réseau afin de limiter les coûts de maintenance. Des avancées qui vont changer le modèle actuel notamment pour les fournisseurs d’énergies qui se développeront autour de nouveaux axes, soit ceux des services et de la gestion de la consommation d’énergie.

En outre, les Smart Grids ne se limiteront pas aux seuls compteurs intelligents, ils toucheront aussi les réseaux du gaz et de l’eau. On peut donc facilement imaginer un système contrôlant et pilotant un quartier doté d’immeubles à énergie positive. Mieux, une ville ou un pays tout en entier. Certaines entreprises ont bien compris l’enjeu et se sont saisis de la question. Ainsi, l’étude Alcimed cite l’exemple d’Alstom qui souhaite se lancer dans la gestion énergétique de quartiers et de bâtiments à énergie positive. Le constructeur ferroviaire envisage une relation de Peer to peer de l’énergie, à savoir chaque construction produirait de l’énergie et pourrait la revendre.

Enfin, ce réseau intelligent pourrait également s’immiscer à l’intérieur des maisons via les appareils ménagers équipés de puces communicantes. Des habitats du futur "où la moindre consommation sera identifiée, suivie de près et reportée au propriétaire via une alerte Smartphone indiquant par exemple une plaque de cuisson ou un radiateur non éteint". Et la possibilité de rectifier le tir à distance.

Attention tout de même, il reste du chemin à parcourir car cette nouvelle technologie pourrait se heurter à quelques réticences, notamment de la part des consommateurs, frileux sur les questions de confidentialité. "L’échange et la circulation d’informations n’est pas sans incidence sur la vie privée, comme le montre Internet", tempère d’ailleurs Alcimed.

Si la technologie n’en est qu’aux prémices, une dizaine de projets sont actuellement en cours à travers le monde, dont 7 aux Etats-Unis. Le processus semble bel et bien enclenché.

Par ATELIER 27


24/05/2011

etudes thermiques.fr portail d'informations sur la règlementation thermique, annuaire de référencement de bureaux d'études et de contrôles thermiques des bâtiments

Etudes-thermiques.fr

Accueil
Rappel de la loi
Etudes thermiques
Les labels
Les aides
Actualité

Entreprise du mois

Bureau de contrôle thermique
Bureau d'étude thermique
Nous contacter

Annuaire

Bureau de contrôle thermique
Bureau d'étude thermique
Vous inscrire

Contact

Votre publicité
Contact
Information légales
Newsletter
Conformément à la loi Informatique et Liberté n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, nous nous engageons à informer les personnes qui fournissent des données nominatives sur notre site de leurs droits, notamment de leur droit d'accès et de rectification sur ces données nominatives. Nous nous engageons à prendre toutes précautions afin de préserver la sécurité de ces informations et notamment empêcher qu'elles ne soient déformées, endommagées ou communiquées à des tiers.
© Secret'Service