votre publicité ici

Recevez toute l'information sur la réglementation thermique


Inscrivez-vous à la newsletter

Actualités



[Retour aux actualités]

Rénovation d'une maison : prenez de l'avance sur la RT 2012



Vous lancez des travaux importants chez vous ? Inspirez-vous des prochaines normes, dont la réglementation thermique (RT 2012). Maison Magazine vous explique pourquoi...

"La RT 2012 a le grand avantage d'être à l'heure", observe Frédéric Denisart, vice-président de l'ordre des architectes. En effet, la RT 2005 n'avait été mise en oeuvre qu'en 2007, soit avec deux ans de retard, alors que la RT 2012 sera mise en application fin 2011 dans le secteur non résidentiel (bureaux, entreprises) et fin 2012 pour le logement individuel. Mais la caractéristique essentielle de cette nouvelle réglementation thermique n'est pas là. En effet, alors que la précédente mouture se limitait à être en accord avec un référentiel (diminuer la consommation d'énergie de 10 %, limiter le recours à la climatisation, etc.) et à encourager les systèmes constructifs performants, le millésime 2012 veut des résultats et exige des performances énergétiques globales exprimées en valeur absolue de consommation.
En clair, une construction neuve ne pourra pas consommer plus de 50 kWh/m2/an. Pour une maison rénovée, si l'on s'en tient au référentiel du label BBC-Effinergie qui a guidé le choix des normes de la RT 2012, ce maximum devrait tourner autour de 80 kWh/m2/an. Rien n'empêche donc de s'inspirer de ces chiffres lors de la réalisation de travaux d'amélioration et a fortiori d'agrandissement.

On cherchera ainsi à avoir moins besoin d'énergie avant de décider laquelle choisir. Et cela va à l'encontre du premier réflexe qui, aujourd'hui, est souvent de vouloir changer des équipements vétustes (poser de nouvelles fenêtres, remplacer sa chaudière) ou de penser au type d'énergie que l'on souhaiterait utiliser (je veux des panneaux solaires, j'aimerais installer une pompe à chaleur...). La RT 2012 pousse à inverser l'ordre des priorités : on commence par diminuer les besoins de consommation et on cherche comment isoler de façon performante avant de changer une chaudière classique pour un modèle à condensation. Car faire ce type d'investissement dans une maison "passoire" n'améliorera en rien la situation : dans une maison mal isolée, la plus performante des chaudières peut se comparer, en termes de gaspillage, à une voiture économique dont le réservoir serait percé.

Il faut donc d'abord traquer les pertes les plus importantes. Le toit représente 30 % du gaspillage énergétique, portes et fenêtres 13 %, enfin, les murs et les sols, 16 % chacun. On voit tout de suite que la première chose à faire est d'isoler les combles. Par ailleurs, dans de nombreux cas, la meilleure isolation des parois est l'ITE (isolation thermique par l'extérieur). Couplée à une ventilation mécanique contrôlée (bien entretenue) et à des vitrages à isolation renforcée, elle permet de réduire les déperditions jusqu'à 60 %.

Ce n'est qu'après cette "mise à niveau" que l'on se posera la question des équipements (chauffage, eau chaude sanitaire) et que le recours à une pompe à chaleur ou à une installation solaire prendra toute sa pertinence.

Le coût d'une telle rénovation ? Autour de 32 000 euros, hors crédits d'impôt et aides spécifiques, pour un pavillon de banlieue classique, selon les simulations réalisées par le bureau d'études Technosud-Energie. En matière de confort de vie et de diminution des dépenses, le jeu en vaut la chandelle. D'autant qu'on ne sait pas aujourd'hui quel sera le prix de l'énergie dans quelques années. Et il y a fort à parier qu'il sera élevé.

Les panneaux solaires ailleurs que sur mon toit

Brise-soleil photovoltaïque Est-il possible d'installer un kit solaire de 3 kW ailleurs que sur son toit, qui soit éligible à la prime d'intégration ? Oui, en construisant une pergola sur une terrasse par exemple. Un choix qui permet de ne pas toucher à l'intégrité de la toiture et donc de simplifier la pose.

Mitjavila, spécialiste des structures brise-soleil en aluminium fixes ou orientables, propose des modèles s'adaptant à tous les types de panneaux solaires, qu'ils soient cadrés ou non cadrés.

"Structure N et C Solar Pergola", Mitjavila

Plancher chauffant à la verticale

Le chauffage mural est idéal en rénovation. Il évite les travaux lourds et consiste à équiper un ou plusieurs murs d'un réseau de tubes véhiculant une eau de chauffage à "basse" température.

Par rapport à des radiateurs traditionnels, à énergie équivalente, il permet des économies de 30 à 35 %. Sa grande surface de chauffe lui confère un important effet de rayonnement. Alimenté par une pompe à chaleur réversible, il offre un confort "toutes saisons", car il est également capable de rafraîchir en été.

"Multibest", Multibéton

Baie coulissante basse conso

Depuis quelques années, les baies coulissantes rattrapent les fenêtres à frappe en matière d'étanchéité. S'appuyant sur des technologies de fermeture spécifiques, les modèles répondant aux exigences de la RT 2012 (basse consommation) se multiplient.

"Vekaslide" de Veka en est un exemple puisque ses performances thermiques Uw* sont comprises entre 1 W/m2.K avec triple vitrage et 1,4 W/m2.K avec double vitrage. Les baies (PVC) peuvent aller jusqu'à 6 m de longueur en deux, trois ou quatre vantaux. La technique du levant coulissant facilite la manipulation des ouvrants, qui atteignent un poids de 250 kg lorsqu'ils sont équipés de triple vitrage. Enfin, un seuil à rupture de pont thermique encastrable avec isolant intégré permet l'accessibilité des personnes à mobilité réduite. 

*Uw : coefficient de transmission thermique de la fenêtre (w comme window).

Régulation électronique pour chauffage au bois

Si le chauffage au bois séduit de plus en plus de particuliers, on peut regretter le manque de souplesse dans sa régulation. Il est en effet difficile de stopper une combustion par intermittence comme avec le fioul ou le gaz ; la seule possibilité est de jouer sur l'alimentation en combustible ou l'arrivée d'air.

Pour mieux gérer ces deux facteurs, Zibro présente deux poêles équipés d'un système électronique. Dès que la température demandée est atteinte, les appareils se mettent en puissance minimale pour maintenir la chaleur.

Poêles à granulés : "Mirtilla", pour 180 m3, 1 390 € TTC, et "Carmen", pour 300 m3, 2 490 € TTC

À maison éclo, poêle basse conso!

La plupart des poêles actuellement sur le marché sont surdimensionnés pour pouvoir s'intégrer vraiment aux maisons surisolées labellisées BBC (bâtiment basse consommation). Trop puissants, ils fonctionnent au ralenti, leur rendement diminue et leur combustion est moins propre.

Les modèles "Compact" de la série "Stûv 30" ont une chambre de combustion plus petite et donc une puissance réduite, ce qui ne les empêche pas d'atteindre un rendement de plus de 75 %. Trois modes de fonctionnement : feu ouvert, feu vitré et porte pleine, ce dernier mode assurant un rendement optimal.

"Stûv 30 Compact", prix non communiqué, Stûv

Mini VMC, méga efficacité!

Aldes propose aujourd'hui un système de ventilation simple flux hygroréglable, conçu pour s'intégrer dans les espaces même réduits (faux plafonds, murs, combles aménagés), tout en assurant la qualité de l'air intérieur et en permettant des économies d'énergie.

Composé d'un groupe de ventilation fonctionnant avec des bouches d'extraction et des entrées d'air hygroréglables, le kit offre de nombreux atouts : un format extra-plat, un faible niveau sonore et les performances d'un moteur dont la consommation est parmi les plus basses du marché.

"Bahia Compact micro-watt", Aldes

Au tour des panneaux solaires hybrides de faire leur apparition!

Apparition timide des premiers panneaux solaires hybrides (PV/T) sur le salon Energaïa, à Montpellier, et au Salon des énergies renouvelables, à Lyon. À la fois thermiques et photovoltaïques, ils assurent la montée en température de l'eau chaude sanitaire (ECS) tout en produisant de l'électricité.

Avantages : une unité visuelle appréciable sur le toit de la maison et des caractéristiques intéressantes pour le refroidissement des modules photovoltaïques, dont la productivité baisse quand la température grimpe et que la ventilation est mauvaise. L'extraction de la chaleur à l'arrière des modules augmente la production d'électricité d'environ 10 %.

Une technologie prometteuse mais d'un prix encore élevé. En pointe dans ce domaine : French Solar Industry ; la start-up marseillaise Solaire 2G associée au fabricant auvergnat Auversun ; ABCD International.

Par ATELIER 27


20/06/2011

etudes thermiques.fr portail d'informations sur la règlementation thermique, annuaire de référencement de bureaux d'études et de contrôles thermiques des bâtiments

Etudes-thermiques.fr

Accueil
Rappel de la loi
Etudes thermiques
Les labels
Les aides
Actualité

Entreprise du mois

Bureau de contrôle thermique
Bureau d'étude thermique
Nous contacter

Annuaire

Bureau de contrôle thermique
Bureau d'étude thermique
Vous inscrire

Contact

Votre publicité
Contact
Information légales
Newsletter
Conformément à la loi Informatique et Liberté n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, nous nous engageons à informer les personnes qui fournissent des données nominatives sur notre site de leurs droits, notamment de leur droit d'accès et de rectification sur ces données nominatives. Nous nous engageons à prendre toutes précautions afin de préserver la sécurité de ces informations et notamment empêcher qu'elles ne soient déformées, endommagées ou communiquées à des tiers.
© Secret'Service